Avocat | Itineraries of taste

Avocat

Lors d'un voyage en Amérique du Sud ou Centrale, difficile d’éviter l'avocat, ce succulent fruit jadis considéré comme sacré. Non seulement parce que, sur son territoire d’origine, il fait souvent la taille d'un ballon de football, mais aussi parce que c'est un fruit très apprécié que l'on retrouve beaucoup dans la cuisine locale.

Des archéologues ont trouvé la preuve, dans une cave de l'état mexicain de Puebla, que l’on mangeait déjà ce fruit vert charnu originaire du Mexique dix siècles avant notre ère. Les Mexicains s’étant rendu compte de ses vertus, la réputation du fruit a dû se répandre par la suite, et les archéologues pensent que la culture des avocats a débuté au Mexique et en Amérique Centrale dès 5 000 ans avant J.-C.

     Les Aztèques, nom donné à plusieurs groupes ethniques originaires du centre du Mexique, considéraient l'avocat comme sacré pour la fertilité. Les jeunes femmes avaient par conséquent interdiction de sortir pendant la récolte de ce fruit. Le nom « avocat » provient d’ailleurs de la langue aztèque nahuatl, où le mot désignant avocat, « ahuacatl », signifiait « testicule », en rapport avec la forme du fruit.

     Ce n'est qu'au XVIe siècle, lorsque les conquistadors espagnols qui avaient appris l'existence de ce fruit par les Aztèques le rapportèrent en Espagne, que l'avocat connut le succès en dehors du Mexique et de l'Amérique Centrale et du Sud. Si vous vous rendez sur le continent américain aujourd'hui, vous verrez qu'il est toujours aussi populaire. Les Sud-Américains, notamment, ont exploré toutes les utilisations possibles de l'avocat. En purée, entier, en cubes ou en tranches, il se décline sous toutes les formes. Au Brésil, de grandes cuillères d'avocat sont arrosées de citron (qui empêche le fruit de brunir) et de sucre et servies dans des bols en forme de milkshake, tandis que d'autres pays utilisent ce fruit polyvalent et sain dans de nombreux plats savoureux, des soupes aux salades en passant par les préparations à tartiner.

     Au Venezuela et en Colombie, par exemple, de la farine de maïs blanc riche en amidon est pressée en forme de gâteau (« arepas »), puis souvent farcie ou recouverte d'un peu de poulet et d'avocat (pollo y aguacate). À déguster matin, midi et soir ! Aucune visite dans la capitale colombienne Bogota ne serait complète sans une dégustation du plat le plus célèbre et apprécié de la ville : l'ajiaco. C'est une soupe composée de poulet, pommes de terre, maïs, et d'une herbe appelée « guascas », accompagnée de riz et d'avocat. Pour faire comme les locaux, n’oubliez pas de tremper l'avocat dans la soupe.

     L'avocat revêt aussi des aspects plus subtils dans la cuisine sud-américaine. Le Venezuela est connu pour une sauce à base d'avocat appelée « guasacaca », composée de vinaigre, persil frais, coriandre, poivrons verts, oignon, ail, sel et huile. La sauce est ensuite versée sur des viandes grillées, des arepas ou des empanadas, une pâte fourrée à la viande, au fromage ou aux légumes qui est ensuite cuite ou frite : c'est l'aliment le plus réconfortant d'Amérique du Sud.

     Nul besoin de vous expliquer ce qu'est le guacamole, sauce incontournable de tout apéritif qui se respecte. Provenant du mot « ahuacamolli » (conjonction des mots nuahatl désignant l'avocat et la sauce), le guacamole est réalisé en écrasant tout simplement des avocats mûrs avec du sel. Libre à vous d'ajouter une myriade d'ingrédients : jus de citron, piment, piment de Cayenne, coriandre, basilic, ou encore piment jalapeno. Cette sauce à l'avocat populaire, auparavant connue comme la« mantequilla de pobre » (« beurre du pauvre »), était déjà répandue avant l'arrivée des vaches laitières en Amérique.

     Certains gastronomes attentifs à leur silhouette se détournent des avocats en raison des matières grasses qu’ils contiennent. Or, ce fruit contient surtout des graisses mono-insaturées bonnes pour la santé. Les avocats sont également riches en vitamines (B, K, E), potassium, antioxydants et acides aminés, et contiennent des huiles essentielles capables de réparer les cheveux abîmés, de traiter les coups de soleil et d’hydrater les peaux sèches, un secret bien connu des Sud-Américaines depuis des siècles. Si l’avocat s’est donc avéré multi-usage même au-delà de la cuisine, son plus grand atout reste malgré tout son goût délicieux.

Autres voyages

Goûtez d’un coup d’oeil

Nous vous conseillons aussi
X