Crevettes | Itineraries of taste

Crevettes

En 1984, la Commission australienne du tourisme lança un spot TV mettant en vedette le comédien et acteur Paul Hogan, qui deviendra célèbre deux ans plus tard pour son rôle dans le film Crocodile Dundee. Dans ce spot TV, qui visait à promouvoir le pays des kangourous auprès d’un public américain, Paul Hogan se trouve à un barbecue avec le célèbre Opéra de Sydney en arrière-plan. Il soulève une très grosse crevette, regarde la caméra et dit : « Viens dire bonjour. Je mettrai une autre crevette sur le barbecue pour toi. »

Cette publicité connut un franc succès : alors qu’avant son lancement, l'Australie croupissait à la 78e place des destinations les plus plébiscitées par les Américains pour leurs vacances. Elle entra rapidement dans le Top 10 et atteint même la 2e place. Tout en consolidant l'image des Australiens comme rois du barbecue, ce spot TV révéla également qu’ils étaient de grands adeptes de la crevette, de préférence grillée en plein air.

Aujourd'hui, les Australiens mangent environ 25 kg de fruits de mer par an et les grosses crevettes sont l'une des espèces les plus représentées dans les poissonneries du pays. 

À Noël (qui a lieu en pleine période estivale en Australie), la tradition n'est pas tellement à la dinde et à ses garnitures comme dans la plupart des pays anglo-saxons, mais bien plutôt aux fruits de mer. Et c’est souvent les grosses crevettes qui tiennent la vedette. Au cours de la semaine de Noël, leurs ventes atteignent d’ailleurs des records : il s'en écoule presque autant que sur l'intégralité des mois de juin et juillet. D'après l'Association australienne des éleveurs de crevettes, sur les 15 000 tonnes de grosses crevettes produites et consommées en Australie, 6 000 sont vendues pendant la période de Noël.

Si les grosses crevettes sont pour certaines élevées dans les régions de la Nouvelle-Galles-du-Sud et du Queensland, ou importées d'Asie, ce sont celles capturées à l'état sauvage dans les eaux australiennes qui sont les plus prisées. On peut distinguer quatre espèces principales de grosses crevettes : les King, les Tiger, les Banana et les Endeavour.

Les King prawns, ou grosses crevettes, se trouvent sur tout le littoral australien. En dépit de leur nom, il en existe de toutes tailles. Dans certaines régions, elles portent un nom différent : Mooloolaba Kings, Hay Point Kings, ou encore Spencer Gulf Kings.

Les Tiger prawns, ou crevettes tigrées, ont des rayures grises, bleues ou noires sur le dos. Pouvant être capturées à l'état sauvage ou élevées, elles sont disponibles en permanence, offrant ainsi polyvalence et fiabilité. Leur joli aspect en fait un mets de choix sur les étalages de fruits de mer des restaurants et des hôtels. Les crevettes tigrées pèsent généralement entre 35 et 50 grammes et sont servies entières, à tremper dans la mayonnaise ou l'aïoli, ou cuites à l'ail.

Les Banana prawns, ou crevettes blanches, se distinguent par leur goût plus doux que les variétés King ou Tiger. Elles sont aussi plus abordables. Disponibles toute l'année à l'état sauvage ou en élevage, elles sont populaires pour leur tenue à la cuisson et accompagnent des plats plus légers et délicats.

Enfin, les Endeavour prawns se distinguent par leur goût particulièrement sucré. Si cette espèce est moins jolie que les autres et généralement plus petite (entre 22 et 30 g), elle se rattrape au niveau gustatif : en février 2007, lors d’un test de goût, elle est arrivée loin devant toutes ses concurrentes. Pêchées à l'état sauvage dans les eaux plus chaudes du nord de l'Australie, ces crevettes se marient à des plats aux saveurs plus fortes et épicées. La crevette est également reconnue comme une sorte de super-aliment de la mer. En effet, on retrouve dans seulement 100 grammes de crevettes tigrées noires d'élevage le même volume d'oméga 3 que dans un kilo de blanc de poulet. Très populaire, la grosse crevette fait même partie intégrante de l'argot australien. Déjà en 1893, le mot « prawn » (grosse crevette) était utilisé pour dire « idiot ». On le retrouve dans l’expression suivante : « Don’t come the raw prawn with me », qui pourrait se traduire par « Ne me prends pas pour un imbécile ».

Ça aurait sonné à la perfection dans la bouche de Paul Hogan.

Autres voyages

Goûtez d’un coup d’oeil

Nous vous conseillons aussi
X