*

COURSES EN VÉLO

Copenhague

COURSES EN VÉLO

Dans une ville de quelque 600 000 vélos, le concept de « repas sur roues » prend un tout nouveau sens. On peut aller presque n’importe où à bicyclette à Copenhague, et tout le monde le fait, bien que les habitants disent qu’ils ne sont pas essentiellement des cyclistes – plutôt des gens qui vont de A à B et qui ont la chance d’avoir un gouvernement local qui donne la priorité aux besoins des cyclistes. La Ville de Copenhague aspire à être la meilleure ville du monde pour les vélos, elle a donc créé des centaines de kilomètres de pistes cyclables et construit de magnifiques ponts cyclables, et elle a également créé de belles innovations, comme des feux verts synchronisés et des poubelles spéciales pour les cyclistes. Combinez cela avec des douzaines de jardins publics, des cimetières qui deviennent des parcs, et d’énormes espaces de front de mer revigorants, et vous avez le paradis des pique-niqueurs. Louez un vélo, préparez un casse-croûte, et pédalez. Si vous préférez les quatre-roues aux deux-roues, il y a beaucoup d’autres options alimentaires mobiles : une boutique ambulante de hot-dogs conduite par un cuisinier alchimiste, un entrepôt complet de camionnettes pour la vente d’aliments dans la rue, et une camionnette chargée de fruits et légumes biologiques faisant route vers les meilleurs restaurants et les ménagères.

Panier de pique-nique

Donc, vous avez vos roues, et maintenant vous avez besoin de vos repas. Pour certains habitants, un pique-nique est tout simple comme allumer un gril jetable et faire cuire un paquet de saucisses acheté au magasin du coin. Mais il y a beaucoup d’endroits où vous pouvez vous procurer aussi un vrai festin en plein air. Meyers Deli, qui a plusieurs boutiques dans la ville, vous fait un panier avec du saumon des îles Féroé cuit, de la salade de pommes de terre, de la salade de chou, de l’hummus, des légumes marinés, du fromage et du pain de seigle. Si vous n’avez pas le temps de commander à l’avance, Meyers a plein de bonnes choses en magasin pour que vous puissiez vous faire vous-même votre repas. Løgismose, un magasin de vins et d’épicerie fine géré dans un ancien bureau de douane sur le front de mer, a les plus riches paniers de la ville, pleins de mets du style tapas, pain, desserts, vin, eau, et couverts. Et si vous avez envie de goûter une version moderne du classique smørrebrød, Aamanns à Østerbro vend des spécialités comme le hareng au curry, la morue fumée et le bœuf tartare sur du pain de seigle au levain au malt biologique. Si vous préférez aller pêcher – pour ainsi dire – et sortir sur la myriade de voies navigables de Copenhague, Go Boat mettra en place un pique-nique dans le cadre de sa location. Pour mettre votre conscience à l’aise, les bateaux sont alimentés par l’énergie solaire, et partiellement faits à partir de bouteilles en plastique recyclées.

Copenhagen Street Food

Le marché Copenhagen Street Food a quelque chose de particulièrement danois : c’est une série de camions stationnaires abrités dans deux anciens entrepôts de journaux à Papirøen (Île du Papier), à l’extrémité du port la plus éloignée du centre-ville. Ici, il y a deux finalités : d’abord, servir aux gens de la bonne nourriture à bon marché ; et ensuite, l'ambition plus noble de créer un environnement culturel soutenu par les valeurs du « naturel, honnête et esthétique. » Comme ils disent eux-mêmes, tout est possible, et dans une ville où manger dehors peut coûter extrêmement cher, l’exigence que chaque vendeur serve au moins un repas coûtant entre 50 DKK et 75 DKK (entre 6 et 10 euros) est louable. Mais est-ce vraiment de la nourriture de rue, peut-on se demander ? La configuration stationnaire à l’intérieur veut dire que ce marché alimentaire peut fonctionner toute l’année, même si c’est avec des horaires réduits pendant l’hiver, quand tout le monde circule autour des chaises et des tables faites de palettes et d’autres bois de pacotille. On ne peut décrire le style à l’intérieur que comme non raffiné et, en été, les gens sortent du hall pour aller sur une rangée de chaises longues le long de la jetée. Il y a un atlas de nourritures disponibles, du bulgogi sud-coréen aux empanadas et ragoûts colombiens, du poulet au beurre indien et des barbecues marocains au porc effiloché et aux « fish and chips ». En plus de la nourriture, il y a beaucoup d’autres activités, y compris des nuits de danse salsa, des DJ, et un marché aux puces classique.

Birkemosegård

Trois fois par semaine, Martin Mo Kvedéris conduit de Sjællands Odde, une péninsule sur la côte Nord-Ouest de la Zélande, jusqu’à Copenhague, avec un camion plein de fruits et légumes vierges biologiques. Ils proviennent de la Birkemosegård de Jesper Andersen, une ferme biologique et biodynamique pionnière, qui a une telle réputation que des restaurants comme le Noma créent parfois un plat centré sur ses productions : cet hiver, Relæ avait un « beet steack » [steack de betterave] fait d’une betterave géante qui a été rôtie pendant 14 heures et servie avec une sauce au vin rouge. Alors que la plupart de la production est destinée aux restaurants, le jeudi, Kvedéris expédie aussi une caisse hebdomadaire pour les ménagères. En fonction de la saison, il y a des pommes croquantes, du chou vert et du chou rouge, des betteraves aux nombreuses couleurs, et au printemps les pommes de terre nouvelles les plus délicieuses. À cela, s’ajoutent des fruits biologiques, y compris des oranges sanguines ou des pamplemousses roses provenant de coopératives italiennes. Commandez en ligne, collectez à un des plusieurs endroits dans la ville, et ensuite transportez ces précieux produits chez vous sur votre vélo, comme un véritable habitant de Copenhague. Pour encourager les habitants de la ville à venir voir la ferme, Kvedéris supervise la construction d’une nouvelle boutique à la ferme, et d’une cuisine permanente où les cuisiniers de la ville pourraient jouer le rôle de vrais locavores.

John’s Hotdog Deli

Dans une ville alimentée par des centaines de boutiques ambulantes de hot-dogs (que les Danois appellent pølsevogn), John’s Hotdog Deli se distingue des autres. En plus de servir des saucisses de qualité supérieure provenant de deux producteurs différents, John Michael Jensen fait lui-même toutes les garnitures. Sa cuisine à Kødbyen ressemble à un laboratoire de sciences, car cet ex-chef pâtissier fait des expériences avec des moutardes faites à partir du houblon, ou toutes sortes de sauces pimentées, en employant de tout, des mangues jusqu’aux argousiers. Un hot-dog typique en jour de semaine pourrait être une saucisse de porc biologique faite selon la recette de John, garnie d’oignons frits dans de la graisse de canard, de la moutarde de bière Mikkeller et une sauce rémoulade de petits légumes marinés hachés, de la mayonnaise, des cornichons et des fines herbes fraîches. Jensen a repris, il y a dix ans, le chariot à hot-dogs vieux de 95 ans, après que des douleurs au dos l’ont forcé à ne plus travailler dans la cuisine. « J’ai été le premier à tout faire par moi-même, » dit-il. « Je voulais gérer un chariot à hot-dogs là où j’aurais aimé manger. ». Jensen, franc et sans complaisance, affirme que beaucoup de ses collègues vendeurs de hot-dogs « me haïssent vraiment », surtout après qu’il a raflé l’emplacement prisé hors de la gare de trains centrale. Il est là toutes les deux semaines, et les autres semaines son pølsevogn [chariot à hot-dogs] apparaît quelque part ailleurs.

Vancouver
Copenhague

Vous pourriez aussi aimer

CONTACTEZ-NOUS

Sign in with
Sign in with your email address
Don't have an account
Country
FRANCE
Site Language: Français
Select Country
asia
Australia
Belgium
Canada
Chile
Denmark
France
Germany
Italy
Peru
Spain
Switzerland
Uk
USA