*

Les guides du Goût

Rome

Ce qu’on dit est vrai, que tous les chemins mènent à Rome, et la ville reçoit les meilleurs produits arrivant de toute l’Italie. La nourriture italienne est régionale, et chacun est farouchement fidèle à son lieu de naissance. Historiquement, les trattorias romaines servaient des repas cuisinés maison, et les établissements non romains écrivaient cucina emiliana (de l’Émilie-Romagne) ou cucina toscana (de Toscane) au-dessus de leur porte au lieu d’un nom. Aujourd’hui les frontières ont brouillé quelque peu les limites régionales et l’expérience des personnes, mais quand un Romain parle de cacio e pepe ou de all’amatriciana, sa voix va trembler d’émotion, et son amour profond pour les plats de sa région natale va apparaître très clairement. Les travailleurs qui sont venus d’autres régions à Rome ont élargi le scénario alimentaire, et un afflux d’étrangers a introduit chez les Romains de nouvelles saveurs. La possibilité de transports moins chers a aussi ouvert beaucoup de portes culinaires, et la capitale dispose désormais d’une bonne diffusion de boutiques et de restaurants ethniques.

 

Les week-ends, on peut voir des scènes frénétiques dans les magasins d’alimentation, qui rappellent les batailles aux marchés lorsque les ravitaillements manquent à satisfaire la demande. Le dimanche matin, dans les banlieues les plus densément peuplées, les arômes alléchants des nourritures cuites avec amour passent d’un balcon à un autre, et l’alimentation en gaz ou en électricité vacille souvent car les cuisines ont besoin de puissance extra. Le lundi matin, on recommence à faire les courses et la cuisine, et à manger, mais cette fois sur le lieu de travail, où l’on entend souvent des groupes de collègues qui se racontent ce qu’ils ont mangé dimanche à midi.

Au fond, à Rome on adore prendre des plats traditionnels et créer sur eux des variantes nouvelles et enthousiasmantes. La bruschetta, par exemple, n’était au départ qu’une tranche de pain grillée frottée avec de l’huile d’olive et de l’ail ; depuis elle s’est...

Testaccio, le dixième « rione » [arrondissement] de Rome, est le cœur gastronomique de la ville. Cette zone au bord du Tibre était le port de la Rome antique, où les bateaux déchargeaient leurs énormes amphores – des pots d’environ 70 cm de hauteur – contenant l...

Dans le passé, chaque quartier de Rome avait son propre petit marché, où les familles locales faisaient leurs courses chaque jour pour avoir des provisions fraîches. Quand il est devenu courant que les femmes travaillent après s’être mariées, l’horaire du marché, qui était seulement...

Vous pourriez aussi aimer

CONTACTEZ-NOUS

Sign in with
Sign in with your email address
Don't have an account
Country
FRANCE
Site Language: Français
Select Country
asia
Australia
Belgium
Canada
Chile
Denmark
France
Germany
Italy
Peru
Spain
Switzerland
Uk
USA